Conte pour la 6ème Année bibliothèque de classe

Conte
 pour la 6ème Année
Mme Ayda Sammoud

E.P Route de la plage

Wistiti cherche un métier
   Wistiti est un jeune singe qui vit avec ses parents et ses frères dans une modeste maison au milieu d’une grande forêt peuplée d’arbres forts et beaux.
   Le jeune singe adore grimper les arbres. Il passe tout son temps à sauter d’une branche à une autre.
   Ses parents, père singe et mère singe, travaillent toute la journée dans un grand champ pour subvenir aux besoins de leur famille. Ils cultivent la terre, plantent des arbres, s’occupent des bananiers et font de bonnes récoltes. Les deux singes gagnent assez d’argent et leurs enfants ne manquent de rien.
   Les  petits singes sont très brillants à l’école. Ils travaillent bien et ils ont toujours de très bons résultats. Mais Wistiti, lui, il est très paresseux. Il n’aime pas l’école. Il préfère se balader dans la forêt, grimper aux arbres, s’amuser et se divertir avec les autres animaux.

   Son père et sa mère ont beaucoup de soucis pour lui. Ce matin, père singe dit à sa femme : «  Notre fils Wistiti  n’aime pas l’école. Il ne veut pas n’en plus nous aider dans les travaux du champ. Je m’inquiète pour lui. »
- Tu as raison, lui répond mère singe. Moi aussi, je fais des soucis pour lui et je me demande comment pourra-t-il plus tard subvenir aux besoins de sa famille, ajoute-t-elle.
- Je pense qu’il doit apprendre un métier, réplique sagement père singe.
- Tu as raison, lui répond sa femme.
  Et, dès que Wistiti rentre à la maison, son père l’appelle et lui dit : Wistiti ! Tu passes tout ton à jouer et à t’amuser, tu as quitté l’école, tu ne veux pas nous aider dans les travaux du champ … Je me fais beaucoup de soucis pour toi.  Tu dois penser à ton avenir mon petit. Dans la vie, il faut travailler se sentir utile et pour gagner de l’argent et subvenir à ses besoins. Alors tu dois choisir un métier le plutôt possible.
  Le jeune singe réfléchit. Toute la famille réfléchit avec lui. Qu’est-ce Wistiti pourra-t-il bien devenir ? Soudain, sa mère crie : « Fleuriste ! Fleuriste ! Pourquoi ne seras-tu pas fleuriste ?  Tu auras une jolie boutique toute fleurie. Tu passeras toute la journée au milieu des fleurs multicolores au parfum doux et agréables. Tu confectionneras avec goût et art de magnifiques bouquets pour tes clients qui viendront acheter tes fleurs pour les bonnes occasions. Ça sera formidable. Tu accueilleras aimablement tes clients. Tu partageras leur bonheur et tu gagneras assez d’argent.
- Oui, s’écrie Wistiti, fleuriste est un beau métier. J’aime bien. Je serai fleuriste. En plus, il y a beaucoup de fleurs dans la forêt. Je pourrai avoir une très belle boutique. Je suis sûr que ce travail me procurera beaucoup de plaisir.
   Le lendemain, à la première heure, toute la famille s’affaire à la préparation de la nouvelle boutique de fleurs qu’ils on choisi au milieu d’une belle clairière non loin de la maison.
  Après un travail acharné, voilà enfin que tout est prêt et le jeune fleuriste est assis dans sa boutique au milieu de ses belles fleurs. Il attend l’arrivée des clients.
  Voilà Suzane, la jolie lapine qui arrive. Elle vient acheter un bouquet de fleurs pour l’offrir à son ami à l’occasion de son anniversaire. Wistiti l’accueille aimablement. Suzane choisit des fleurs rouges et blanches. Wistiti saute sur une étagère pour lui apporter le bouquet. Et PATATRA !!! Un grand pot tombe par terre. Le fleuriste se retourne pour le ramasser. Il fait tomber un autre avec sa longue queue, puis un troisième sur la tête de la pauvre lapine qui, affolée, se sauve en courant.
    Wistiti, contrarié, quitte sa boutique et se sauve lui aussi dans la forêt en grimpant d’une branche d’arbre à une autre, oubliant toutes ses responsabilités.
   Par ce temps, Caroline, la tortue passe devant la boutique. Affamée et attirée par les fleurs fraîches, elle n’hésite pas à goûter à une belle rose rouge puis à une autre. « Oh ! Comme elles sont délicieuses, ces plantes », se dit-elle. Et elle se met à dévorer avec appétit les magnifiques fleurs. Une fois rassasiée, elle continue son chemin satisfaite en laissant la pagaille dans la boutique.
   Quand Wistiti rentre, il trouve sa boutique dans un état alarmant. Plus de jolis bouquets, plus de belles roses, toutes les plantes sont par terre. Quelle catastrophe ! Le pauvre Wistiti se met à pleurer.
    Juste en ce moment, père singe passe devant la boutique. En la voyant  pêle-mêle, il ne croit pas ses yeux. Et avant qu’il prononce un mot, Wistiti se met à crier : «  Je ne veux plus être fleuriste ! Ce métier ne me convient pas ! Je ne peux pas rester toute la journée dans une petite boutique à m’occuper des fleurs et à attendre les clients ! Non ! Ce métier ne me plaît plus.
   Alors le père calme son fils et le ramène avec lui. Une fois à la maison, père singe dit d’un air grave : « Wistiti, tu es encore jeune. Tu ne peux pas assumer la responsabilité seul. Je vais te placer comme apprenti chez monsieur Ours le menuisier de la forêt. Tu apprendras petit à petit ce beau métier.
- C’est une idée géniale, s’écrie mère singe, menuisier est un métier d’avenir, ajoute-t-elle. Tu apprendras à fabriquer de jolis meubles, des portes et des fenêtres. Tu seras plus tard un menuisier célèbre. Tu feras preuve d’innovation. Tu créeras de nouveaux modèles avec goût et art et tu gagneras bien ta vie »
- Oui ! Oui ! Je voudrais bien être menuisier, dit Wistiti.
  Le lendemain, à la première heure, père singe accompagne son fils et le place comme apprenti menuisier chez monsieur Ours.
    Wistiti fait tout ce que son maître lui demande : il cloue, il coupe, il assemble des planches. Le jeune singe travaille sans se lasser. Mais le bruit assourdissant des machines le gêne trop. Parfois aussi, il se met à tousser à cause de la poussière qui envahit la menuiserie. Et malgré cela Wistiti  ne se plaint jamais.
   Un matin, en voulant couper une grande planche avec la scie, la queue du pauvre Wistiti se coince entre les deux parties de la planche. Fou de douleur, le singe se met à crier et à pleurer à chaudes larmes. Heureusement, monsieur Ours est là. Il accourt à son secours. Pauvre Wistiti ! Il a failli se faire couper la queue.
  Monsieur Ours lui fait un grand pansement et lui dit : « Un menuisier doit être vigilant et attentif ».
    L’apprenti menuisier rentre chez lui en pleurant. Il traîne sa longue queue blessée. Dès qu’il  franchit la porte de sa maison, il se met à crier : « Non ! Je ne veux plus être menuisier ! Ce métier ne me convient pas. Je ne veux pas travailler toute la journée au milieu de la poussière et du vacarme assourdissant des machines. En plus, ce travail est dangereux. Je risquerai chaque jour de me faire couper la queue ou les doigts dans cette menuiserie »
    En voyant le grand pansement taché de sang à la queue de son fils, mère singe s’affole. Elle le prend dans ses bras et lui dit : « Tu ne retourneras plus dans cette menuiserie, mon enfant. Tu ne seras pas menuisier. »
   Le soir, toute la famille se réunit autour d’un feu et discutent de l’avenir de Wistiti.
                 Quel métier fera-t-il ?
                 Que sera-t-il plus tard ?
                 Y a-t-il un métier qui lui convient ?
       Essayons tous d’aider Wistiti  et ses parents à trouver ce métier.
FIN
  

0 إضافة تعليق :

Enregistrer un commentaire

محتوى الموسوعة

blogger